Table

 

 

Histoires, énigmes et charades du boulot

 

 

Le Sage et le singe (ou La polie tique de l'ANPE)

Première charade

Dirigeant cherche direction

Seconde charade

Test d’embauche

 

 

---

 

Le Sage et le singe (ou La polie tique de l'ANPE) :

 

Maître, ô Maître, guidez-moi, mon Maître ! Que dois-je faire pour donner un sens à ma vie ?

Tu dois prendre une pioche, une pelle et creuser pour chercher le trésor de ta vie, petit singe.

Ah, bon ?! Maître ! Il y a un trésor sur cette île ? Où ça ?!

Bien sûr, qu’il y en a un, petit singe. Mais il te faudra creuser, pour le trouver.

 

Trois mois plus tard :

Maître, j’ai creusé plein de tunnels, je commence à fatiguer et je n’ai encore rien trouvé.

C’est parce que tu t’y prends mal, petit singe. Tu ne sais pas tenir ta pioche et ta pelle, et puis tu creuses n’importe où. Il te faut apprendre à creuser parce que tu ne sais pas. Sinon tu ne chercherais pas encore le trésor de ta vie... Creuse donc sur place et rebouche ton trou tous les jours pendant six mois pour apprendre à bien creuser. Après cela, tu auras forcément toute les chances de trouver le trésor de ta vie.

 

Un an plus tard :

Maître... ça fait plus d’un an que je creuse, que j’apprends à creuser, que je recreuse de plus en plus profond, et que je fatigue... Je n’ai toujours pas trouvé de trésor.

C’est parce que tu es démoralisé, petit singe, et parce que tu es trop ambitieux. Il faut te redynamiser. Il faut te remettre en question en faisant ta propre autocritique, tout en continuant à creuser pour rester en contact avec le monde auquel tu appartiens et qui te respecte. Rassure-toi, petit singe, je vais t’aider à reprendre confiance en toi.

Oui, mais... Maître ! pourquoi c’est toujours moi qui creuse et pas vous ?

 

Six ans plus tard :

Maître, je pète les plombs ! Ça fait sept ans et trois mois que je cherche ce putain de trésor et cette île est devenue un vrai fromage. Les taupes et les castors en ont marre de me voir débouler : tout le monde me jette ou me fuit et j’en suis toujours au même point. Si j’avais passé tout ce temps à me construire un radeau, une cabane, un hamac et un jardin, je l’aurais, mon trésor. D’ailleurs, ça fait un moment que je me demande pourquoi c’est toujours vous qui êtes dans le hamac à bouffer tous les produits du jardin et une partie de ceux des taupes, tout en me culpabilisant pour mieux m’encourager à chercher quelque chose qui n’existe pas...

Allons, petit singe, si tu avais été capable de trouver le trésor de ta vie tout seul, tu ne serais pas venu me demander conseil. Je n’ai fait que répondre à tes demandes désespérées : tu attendais tellement de moi. Et puis, te regarder creuser et ventiler mon île en m’appelant “Mon Maître”, cela était finalement assez satisfaisant pour mon modeste amour-propre. Les ennemis que tu t’es faits sont devenus mes amis sans que je fasse rien, le jardin aéré par tes travaux inutiles m’a donné tout ce que je désirais sans trop forcer, le loisir de guider ta vie a finalement donné un sens à la mienne qui n’en avait pas davantage... Pauvre petit singe ! Bien sûr, qu’il n’y a jamais eu de trésor sur cette île. Allons, va ! Ne sois donc pas ingrat : tu y as mis le temps mais grâce à moi, tu as enfin compris que travailler pour autrui n’a jamais nourri son homme, que l’on ne peut compter que sur soi pour construire son propre trésor et que la dégradation de l’autre a au moins le mérite de valoriser sans frais celui qui ne fait rien. Continue, puisque tu ne sais rien faire d'autre, tu auras au moins la satisfaction de faire fonctionner un système...

 

Deux jours après :

Finalement, c’est vrai, Maître. Vous m’avez beaucoup appris. Tout ce temps que j’ai perdu à réfléchir sur ma condition, grâce à votre exemple et à vos bons conseils, et ce franc talent que j’ai acquis dans l’art de creuser des trous pour rien, j’ai décidé de les mettre à profit pour vous témoigner ma plus sincère reconnaissance... Je viens de creuser le plus beau trou de ma vie, Maître... Il est juste à votre taille.

 

 

Top▲

     

---

 

Première charade :

 

Mon premier :   Ce que le beauf d'en face vient encore de trouver comme solution miracle pour ton cas ; “Il faudrait tous les ...”

Mon second :     Ce que tu touches aux Assedic ; “des ...”

Mon troisième : Ce que pense en secret ton interlocuteur à l’entretien d'embauche : “Tu ferais mieux de me tailler une ...”

 

Mon tout :        Ce que l’ANPE ne va pas tarder à avoir la joie et l’honneur de te faire savoir.

 

 

Solution :  1 = tuer ;  2 = radis ;  3 = haie ;

 

Top▲

     

---

   

Dirigeant cherche direction :

(Petite histoire qui circule sur le net, transmise ici par Jean & Monique)

 

Un homme en ballon dirigeable s'est égaré. Il perd de l'altitude et aperçoit une femme au sol.

L’homme descend et lui crie : « Excusez-moi, pourriez-vous m'aider ? J'ai promis à un ami de le rejoindre d'ici une heure et je ne sais pas où je me trouve. »

La femme au sol répond : « Vous êtes dans un ballon à environ 10 mètres au-dessus du sol. Vous vous trouvez entre 40 et 41 degrés de latitude Nord et entre 59 et 60 degrés de longitude Ouest.

Vous devez être ingénieur, dit l'homme.

C'est vrai , répond la femme, comment le savez-vous ?

Eh bien, dit l'homme, tout ce que vous m'avez dit est techniquement correct, mais je n'ai aucune idée de ce que je dois faire de vos informations, et le fait est que je ne sais toujours pas où je suis. En toute franchise, vous ne m'avez pas beaucoup aidé. Vous avez tout au plus retardé mon voyage.

Et vous, vous devez être directeur, répond la femme.

C'est vrai, répond l'homme, mais comment le savez-vous ?

Eh bien, dit la femme, vous ne savez ni où vous êtes, ni où vous allez. C'est une grande masse d'air qui vous a placé dans votre position actuelle. Vous avez fait une promesse sans avoir aucune idée de comment vous alliez pouvoir la tenir, et vous attendez que des gens situés en dessous de vous résolvent vos problèmes. Le fait est que vous êtes exactement dans la même situation qu'avant notre rencontre sauf que, maintenant, c'est de ma faute!

 

Top▲

     

---

 

Seconde charade :

 

Mon premier est la septième note qu’on t’envoie (et ne me dis pas non!) ;

Tu devrais vite trouver mon deuxième puisqu’il est à tutu ce que ne est à neneu (c’est de ton niveau) ;

Ma troisième, elle ne doit pas être très lourde, parce que tu la portes depuis que tu t’es inscrit ;

Ma quatrième, si tu regardes bien, depuis le temps que tu es au chômage, elle doit commencer à te pousser ;

Mon cinquième, si tu ne l’as pas déjà trouvé dans mon deuxième (et si c’est le cas, tu dois être très con), c’est qu’on a vraiment eu raison de te licencier ;

Mon sixième, c’est le département où on devrait tous vous loger, té ! tellement il est près des fainéants de Marseille ;

Mon septième... Ah ! mon septième... Quelle insulte, pour toi ! Cherche pas, va... Toute façon, ça fait longtemps que t’en as perdu l’habitude ;

Quant à mes trois huitièmes, disons qu’ils remplacent avantageusement les méchants trous de ton CV.

 

Mon tout, c’est ce que les Longues Durées comme toi disent aux jeunes Courtes Durées aux dents longues, qui vous prennent pour des dinosaures, mais qui ne vont pas tarder à perdre leur sourire en coin pour venir vous rejoindre.

 

 

Solution :  1 = Si ;  2 = tu ;  3 = croix ;  4 = queue ;  5 = tu ;  6 = Var ;  7 = travailler ;  8 = ...

 

Top▲

 

---

 

 

Test d’embauche :

(Petite énigme qui circule sur le net, transmise ici par Jean & Monique)

 

Ceci est un dilemme éthique et moral qui a été posé à des courtiers en bourse lors d’un entretien d’embauche réservé aux hommes.

 

Question :

 

Tu circules en voiture tard le soir pendant une tempête et tu passes devant un abribus où trois personnes attendent un autocar que tu viens de voir en panne non loin de là.

Ces trois personnes sont :

 

• Une vieille femme qui semble être sur le point de mourir,

• Ton meilleur ami, celui qui t’a un jour sauvé la vie,

• La femme de ta vie.

 

Ton problème :

 

Ta voiture est un coupé sport qui n’a que 2 places. Tu ne peux donc prendre qu’un seul passager et, vu la tempête, tu sais que tu ne pourras pas revenir une seconde fois.

 

Qui vas-tu prendre ?

Réfléchis bien avant de poursuivre ta lecture... Ton avenir dépend de ta réponse :

 

• Tu pourrais par exemple prendre la vieille femme ; peut-être va-t-elle mourir, il faut donc la sauver en premier.

• Tu pourrais prendre ton meilleur ami ; il t’a sauvé la vie, c’est le moment de lui renvoyer l’ascenseur.

• D’un autre côté, tu ne rencontreras peut-être plus jamais la femme de ta vie...

 

Voici la réponse du candidat embauché :

 

• Je donnerai les clefs de ma voiture à mon meilleur ami pour qu’il conduise la vieille femme à l’hôpital.

• Ensuite, j’attendrai le bus en compagnie de la femme de ma vie, pour la protéger.

 

C’était pas trop mal vu, non ?! Tu vois, nous pouvons mieux réussir si nous renonçons à nos schémas mentaux étriqués. Il faut penser autrement. Cependant, et à ce dernier propos, aucun des 200 candidats n’a trouvé la seule solution logique lorsqu’on veut devenir un bon courtiers en bourse !

 

Voici pourtant ce qu’il fallait faire :

 

• Écraser la vieille peau pour la libérer de ses souffrances,

• Niquer la femme de ta vie sur le capot de ta voiture entre deux coups de tonnerre pour la mettre à la page et

• Embarquer ton meilleur copain pour aller enterrer ta vie de garçon dans le premier bar à putes (il y en a toujours un près des abribus où t’attend la femme de ta vie).

 

Top▲

   

   

---

    

© Le Défouloir des Précaires 2002 - 2008

 

Site abandonné depuis l'élection des présidents bouffons Sarkozy et Hollande

(en attendant le déluge après Macron...)