Le Défouloir des Précaires

Table

Pourquoi le chômage est-il tellement tabou ?

Le Défouloir des Précaires est heureux d'informer ses trop fidèles lecteurs que le

  Dictionnaire du Cynisme Social

adapté de ce site et agrémenté de nombreuses insultes, est disponible en librairie.

La présente page (ici réduite : il faut bien que l'éditeur vive) figure dans l'ouvrage imprimé

parce que lorsqu’il apprend votre situation, votre nouvel interlocuteur passe successivement de la compassion à l’apparence de compréhension, puis au don spontané de conseils et encouragements, ensuite à la leçon de morale à propos du vilain pessimisme auquel il ne faut pas céder, et enfin au masque de celui qui, après tout, n’y peut rien, a d’autres chats à fouetter et vous souhaite de recevoir très vite une bonne nouvelle. Au revoir.

parce que le terme chômeur, devenu péjoratif de façon inexpliquée, est remplacé par toutes sortes d’euphémismes inspirés de la notion “d’actif malgré tout” tels que privé d’emploi, demandeur d’emploi, sans emploi, en recherche d’emploi

parce que les élus de tout bord, norme européenne en bandoulière, ont toujours annoncé un chiffre officiel du chômage rabaissé des deux tiers, en toute impunité, sans que jamais un opposant ni des media n’en contestent franchement le principe. On pourrait d’ailleurs, à ce propos, parler de révisionnisme social, tant ce consensus à nier une réalité palpable au quotidien semble ancré dans l’intelligence commune au point d’en détourner ses règles d’arithmétique élémentaire.

parce que la première et, généralement, la seule question qu’un travaillant se sent obligé de poser à un sans-emploi dès leur seconde entrevue est : « Alors, t’as trouvé du boulot ? », le travaillant ayant toujours une course urgente à faire juste après la réponse.

parce que les reportages consacrés à la précarité ou à l’exclusion ne montrent que des cas extrêmes de misère avancée, des personnes dégénérées par un rejet chronique, voire des malades mentaux à l’abandon dans les rues les plus sales, alors que la majorité des exclus est constituée de gens parfaitement sains, diplômés, cultivés, compétents et passant inaperçus.

parce que aucun représentant de chômeurs (si tant est que ces représentants existent) ne figure en bonne place dans les débats ou émissions portant sur l’économie, et plus largement sur la politique : la dimension humaine du chômage irrite au possible nos théoriciens économistes.

parce que votre Défouloir des Précaires, mis en ligne depuis bientôt 3 ans, n’a jamais pu décoller des 8 à 10 visiteurs par jour, la moitié y entrant sans doute par erreur, alors que le moindre site d’information économique, de loto, ou de cul, reçoit jusqu’à 5000 visites par jour sans faire davantage de pub que nous.

parce que ...

parce que ...

parce que ...

parce que ...

 

Table              Top

 

 

© Le Défouloir des Précaires 2002-2008

Site abandonné depuis l'élection des présidents bouffons Sarkozy et Hollande